Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 12:06

RETROUVEZ NOS IDEES LECTURE ICI : http://lesmondesmagiques.wix.com/librairie#!-propos3/chaj

L'histoire du "vieux de la montagne" est ici romancée de façon magnifique. On y suit la secte des assassins et les péripéties extraordinaires de son chef, le grand maître Hassan Ibn Sabbâh.

L'action se passe dans ce grand rocher fascinant, Alamut "le nid d'aigle". Isolés du reste du monde, de jeunes combattants sont préparés à une guerre sainte qui doit reposer sur leur adhésion totale à la foi ismaélienne. Pour s'assurer de cette obéissance, leur grand chef va chercher à comprendre les mécanismes de la croyance.

 

alamut.jpg

 

Alamut est un très bon roman d'aventure. Les descriptions sont élégantes, l'action est rapide et on dévore très facilement ces quelques centaines de pages. Certaines des images vous restent en mémoire, même plusieurs années après la lecture, ainsi, la jeune Halima, nouvelle venue espiègle dans le harem d'Hassan, que les eunuques se lancent comme une petite balle légère. Mais au delà de l'aspect "livre qu'on ne lâche plus", Alamut contient aussi une réfléxion très intéressante sur l'acte de croyance et sa formation. On y assiste à la naissance d'une possession collective, ce qui est très impressionnant, et devait servir à l'auteur pour dénoncer les totalitarismes. Pourtant, il ne faudrait pas réserver ces remarques aux Etats totalitaires et conserver tout cela en tête pour le destin de chaque formation collective par exemple. Il faut faire attention à nos croyances les plus profondes, elles sont souvent ce que nous avons de plus cher mais peuvent aussi nous faire basculer vers le pire. Voici qui pourrait être la "morale" de ce livre, fascinant avant tout.

 

La réflexion sur la croyance s'accompagne d'une réflexion sur la réel et la vérité. Hassan Ibn Sabbâh, discutant avec l'élite de ses fidèles, observe que nos actions sont dirigées par ce que nous croyons réel plutôt que par ce qui est réel. Ainsi, un avare qui enfouit son trésor et le croit en sécurité mourra heureux, alors même que ce trésor a été volé à son insu. Aussi bien, s'il le croit en péril il souffrira les pires angoisses alors même que sa raison de vivre est sous terre, bien protégée. De ce paradoxe qui révèle beaucoup sur notre rapport au monde, le vieux de la montagne saura tirer toutes les conséquences.

 

 

Ce roman pourrait être rapproché de L'orde Blaise Cendrars, où l'auteur nous raconte d'une plume efficace un enthousiasme collectif dévastateur : l'histoire vraie de la ruée vers l'or ou comment la promesse abstraite de la grande richesse a concrétisé la ruine d'un pays, d'un paysage et d'au moins un homme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires