Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 11:48

RETROUVEZ NOS IDEES LECTURE ICI : http://lesmondesmagiques.wix.com/librairie#!-propos3/chaj

 

Henri Michaux possède une écriture très belle, très originale. C'est un créateur ! Dans Ailleurs, il nous propose le récit de ses voyages dans des pays assez bizarres.

 

31-michaux

 

Sa plume est sobre, élégante, pourtant, le lecteur plonge dans un univers étrange. Les faits relatés avec le calme et la précision d'un anthropologue sont tout à fait étonnants.

Ainsi les Hacs, peuples d'esthètes assez sauvages qui organisent des démonstrations de violence classées en fonction de leur intensité : combat, cambriolage, lâché d'animaux féroces, exécutions, tous ces spectacles ont des numéros et l'observateur inquiet est aussitôt rassuré par les autochtones (« C'est un spectacle, un spectacle parmi d'autres. Dans la tradition, il porte le numéro 24 »). Et puis les Emanglons, susceptibles et fragiles, qui ne supportent pas les difficultés respiratoires et font étrangler les malades par une belle jeune fille vierge – laquelle trouvera ensuite plus facilement un mari. Les Gaurs, qui sacrifient leurs enfants ou leurs doigts au dieu Kambol. Les bergers d'Eau qui au pays de la magie sifflent les sources. Les Mages qui pour s'obliger à souffrir, déposent leurs plaies sur des murs abandonnés.  

Michaux nous découvre ainsi de nombreux peuples et décrit leurs coutumes avec un soin de justesse extrême. Quel voyage ! On est troublé parfois par ces façons de faire qui nous sont à la fois étrangères et familières, et comme il est d'usage à la lecture de ce type de récit, lorsqu'un explorateur découvre des territoires et des mœurs différentes de celles usitées dans nos sociétés, on apprend beaucoup sur celles-ci, et aussi sur nous-mêmes.

 

Chez Michaux on fait toujours fausse route. La nature humaine n'est plus une nature, ou alors à la condition que cette nature soit une torsion, une ligne ou des lignes fracturées, nouées, déliées. C'est l'absence d'humanité qui frappe, l'humanisme est sans cesse bafoué, déjoué, mais l’humain n’en est pas moins humain (il n'y a pas tellement de « monstres » chez Michaux). Alors c'est tout le temps la fantaisie, celle dont on rêve, celle qui fait peur, celle qui est nous, qui nous regarde.    

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Review Support OmniTech 21/11/2014 12:58

There is no doubt that the Henri Michaux is one writer who immerse us in the world of suspense and that is the reason why the original writing impressed me a lot.it takes us through a strange world.